Le progrès – Le plan de déconfinement du député Damien Abad

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le député de la 5e circonscription de l’Ain et président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, propose un plan de «déconfinement». Qu’il souhaite le plus rapide possible pour permettre à l’économie de se relancer.

Vous dites qu’il est « urgent d’accélérer la reprise économique ». Est-ce vraiment la priorité ?

« Nous avons construit notre plan sur deux priorités : mieux protéger les Français et accélérer la reprise économique. Il ne faut pas les opposer mais au contraire les concilier. Nous demandons au Gouvernement de présenter un plan détaillé de déconfinement entre le 11 mai, la date annoncée par le président de la République et le 15 juin, la date arrêtée pour la réouverture des hôtels, des restaurants et des cafés. »

Vous parlez de différenciation entre les départements. Quelle est la situation dans l’Ain ?

« L’Ain se situe dans une situation intermédiaire, délicate. Le département n’est pas parmi les plus touchés mais compte quand même des cas. C’est pour cela qu’il nous faut une charte sanitaire bien préparée. Grâce à celle-ci, on pourrait envisager de rouvrir progressivement dans le courant du mois de juin. »

Cela suffirait selon vous à sauver les commerces ?

« Il faut évidemment des masques et des tests pour permettre la reprise du travail. Et non pas décaler mais annuler les charges pour les cafés. C’est l’Etat qui doit les prendre en compte. Personne ne comprend qu’on rouvre les écoles et pas les commerces de proximités. »

Vous dites justement que le Gouvernement, « par manque de courage politique » se « défausse de ses responsabilités ». Est-ce pour balayer les rumeurs qui vous prêtent une place dans un éventuel gouvernement d’union nationale ?

« Non, c’est juste parce que je le pense profondément. Le Gouvernement ne peut pas tout remettre sur le dos des familles. L’école est obligatoire, ce n’est pas un choix libre. Il faut y retourner dès le 11 mai. Mais pour cela, les parents d’élèves ont besoin d’être rassurés. Nous demandons le port du masque, le respect des gestes barrières et le test, chaque semaine des enseignants et des personnels dans les écoles. Le Gouvernement doit donner des garanties et arrêter avec ses injonctions contradictoires. »

Vous faites appel au « patriotisme touristique et économique ». Qu’allez-vous faire dans ce sens en tant que président d’Aintourisme ?

« Avec Véronique Baude et Jean Deguerry, nous allons lancer une grande campagne à destination des professionnels et du grand public sur le thème l’Ain pour vous. Je ne peux pas encore donner le montant de ce plan. Mais on veut faire redécouvrir ce département. On peut y passer des vacances en toute liberté avec la distanciation sociale nécessaire. Ça permettra surtout à nos structures de survivre. Il vaut mieux passer ses vacances sur les bords du lac Genin que les plages de la Côte d’Azur. »

Retrouvez l’article sur le Progrès.

Les derniers actualités