Saumel Paty, professeur décapité : il est urgent d’agir contre l’islamisme radical

Samuel Paty hommage de Damien Abad

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le vendredi 16 octobre aux alentours de 17h, la France a vécu un nouvel épisode d’effroi terroriste : Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, est sauvagement assassiné près devant son établissement scolaire. Il est décapité par Abdullah Anzorov, défenseur de la mouvance salafiste, alors âgé de 18 ans. Né à Moscou en 2002, il est a la nationalité russe et est d’origine tchétchène. Le suspect, dont l’identité a été confirmée par le procureur national antiterroriste dès le lendemain, est totalement inconnu des services antiterroristes. 

Comme tous les Français, cet acte au nom de la barbarie islamiste m’a laissé sans mot, meurtri, scandalisé. 
 
Scandalisé de voir qu’en France un professeur d’histoire peut être décapité en pleine rue car, au nom de la liberté d’expression, il a montré des caricatures de Charlie Hebdo en classe.
Cet attentat terroriste, en plein procès sur les attentats de Charlie hebdo dont nous pleurons encore les victimes, est une horreur absolue.
 
Nous avons atteint le paroxysme de la barbarie avec cet homme décapité près de Paris à Conflans.
Il est grand temps de passer la vitesse supérieure face à l’islam radical.
La lutte contre le terrorisme islamiste doit être un combat de tous les instants.
 
Ce combat ne se gagnera pas par les mots mais par les actes. Et des actes forts, sans demi-mesure ni faux-semblants.
 
En local, j’ai rendu hommage à Samuel Paty le lundi 16 octobre avec l’ensemble du Conseil départemental : « Les larmes et les manifestations ne suffisent plus, nous devons agir. (…) L’action doit venir de l’état, et de toutes les collectivités territoriales. Le Département, qui est la collectivité du lien social, qui rassemble et fédère, doit être au rendez-vous de la République »
 

À l’Assemblée nationale avec le groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, j’ai initié la création d’un groupe de travail dit « séparatisme » dont l’objectif est de traiter le sujet de l’islamisme radical avec des experts et sociologues spécialisés, afin de mieux appréhender ses facettes actuelles, ses évolutions, et l’appareil législatif nécessaire pour mieux le combattre. 

C’est avec ce groupe de travail que les députés Les Républicains ont présenté au gouvernement leurs 15 propositions propositions pour lutter contre l’islamisme radical. 

 

Les derniers actualités