Visite des entreprises aindinoises sélectionnées pour « France Relance »

Partager l'article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
J’ai rendu visite, avec la préfète, à trois entreprises de l’Ain retenues dans le cadre du programme France Relance : 
 
➡️ LIGNE ROSET : ce fleuron de l’industrie du mobilier haut de gamme « Made in France » qui emploie 700 personnes dans l’Ain, et compte 750 points de vente sur tous les continents. Cette entreprise familiale a également développé une école de formation qui accueillera très prochainement 12 étudiants en couture et en tapisserie avec une promesse d’embauche en CDI à la clé. Enfin, Ligne Roset collabore avec le Mobilier National de France et la Fondation des Hôpitaux de France pour équiper les salles de repos des soignants.
 
➡️ BAILLY CRÉATION, fabriquant d’ornements de coiffure pour la grande marque Alexandre de Paris. C’est l’un des derniers sites de production d’ornements à Oyonnax et en France.L’enjeu est de préserver l’excellence de nos savoirs-faire.
 
➡️ SERIPLAST : Spécialisée en emballage pour la cosmétique et la pharmacie, cette entreprise 100% oyonnaxienne a 3 atouts majeurs : l’ancrage territorial et familial, l’innovation et le développement durable. Le virage écologique est un crédo fort de l’entreprise, qui fabrique désormais des ampoules et flacons recyclables et réutilisables. 
r courage et leur abnégation et qui ont un attachement fort à notre territoire.
 
Nos entreprises sont les moteurs de l’emploi et de l’attractivité de notre Haut-Bugey et de notre département de l’Ain. L’esprit d’entreprise, c’est la force de notre territoire.

Visite de l'entreprise SERIPLAST en photos :

Visite de l'entreprise Bailly Créations en photos :

Visite de Ligne Roset en photos :

Les derniers actualités

Damien Abad : « Quand on ne crée pas la confiance, on impose la contrainte »

Le projet de loi comportant les nouvelles mesures anti-Covid doit être examiné cette semaine par le Parlement. Le président du groupe LR à l’Assemblée prône « un meilleur équilibre » sur le pass sanitaire, jugeant les sanctions « disproportionnées ». Il épingle le « défaut d’anticipation » de l’exécutif mais fustige les « slogans haineux » des « antivax ».